Visiter le Luberon

Visiter, explorer, découvrir une nouvelle région française. Direction le Luberon ! Ici, ça sent bon la lavande, le chant des cigales, les petits villages provençaux… Je vous donne mes coups de cœur et mes bonnes adresses.

Le micro de Camille
Jean-Jacques Prévôt, le roi du melon de Cavaillon
Le micro de CamilleJean-Jacques Prévôt, le roi du melon de Cavaillon

 

Vous ne partez pas cet été ? Et bien, je vous emmène avec moi dans le Luberon, une région située dans le sud de la France, en PACA : une partie dans le Vaucluse et la seconde dans les Alpes-de-Haute-Provence. J’y étais en juillet. Alors, avant de commencer, trois points à éclaircir avec vous.

  • Tout d’abord, on ne dit pas Lubéron, mais bien Luberon. Je faisais la faute avant d’y aller. C’est maintenant corrigé !
  • Je n’ai pas parcouru tout le Luberon en 3 jours, c’est le deuxième point. Nous n’avons pas fait certains villages comme Lourmarin ou encore l’Isle-sur-la-Sorgue. Ce sera donc l’occasion d’y retourner.
  • Et puis le dernier : volontairement, je n’ai pas mis des photos de tous les villages traversés/visités, même les plus connus comme Gordes ou Roussillon. Je vous laisse les découvrir par vous-même. Ils sont superbes !
Vue panoramique depuis le village de Bonnieux.

Pourquoi le choix du Luberon ?

Je vous en parlais déjà dans cet article, la crise sanitaire m’a donné envie de découvrir encore plus nos belles régions françaises. Et pas la peine de parcourir des milliers de kilomètres pour être dépaysé. J’habite à environ deux heures de route du Luberon (oui, Montpellier est bien situé), c’était donc la destination parfaite pour un long week-end. Nous y sommes allés avec mon mari pour fêter nos noces de cuir. Chaque année, nous avons décidé de fêter notre anniversaire de mariage en organisant un petit séjour prolongé et c’est parfait avec le 14 juillet. Vive les jours fériés ! L’an dernier, pour nos noces de coton, nous avions visité Chartres (nous habitions encore à Paris à ce moment-là). Cette année, pour nos 2 ans de mariage, c’est donc le Luberon.

Mon programme sur place

Comme indiqué en début d’article, je n’ai pas visité tout le Luberon. C’était irréalisable en 3 jours, sauf à un rythme effréné. Et puis, nous avions réservé 3 nuits dans une charmante maison d’hôtes : l’idée était aussi de profiter de sa belle piscine, surtout en plein mois de juillet ! Nous nous sommes baignés chaque jour en fin d’après-midi, c’était parfait après nos visites de la journée. Un vrai moment détente.

Côté visites, voici ce que je vous conseille :

  • L’abbaye Notre-Dame de Sénanque. Choisissez la visite guidée, plutôt le matin. Elle dure environ 1h15. Alors, je n’ai croisé aucun moine (ils sont plusieurs à y vivre) mais le lieu est imprégné de leur présence. D’ailleurs, si vous visitez le lieu en été, évitez de porter un short court (ou une mini-jupe). Perso, mon short avait une bonne longueur mais on m’a quand même prêté un drap à nouer à la taille pour allonger tout ça ! Après la visite de l’abbaye, foncez découvrir le village de Gordes. Vous pouvez également le faire au lever du soleil (la vue est apparemment magnifique. Nous ne l’avons pas fait). Gordes est un village emblématique du Luberon. Je l’ai trouvé un peu trop touristique et peut-être surcoté. Pour moi, il y a plein d’autres villages du Luberon qui méritent le détour et qui sont plus authentiques. Je pense à Bonnieux ou encore à Ménerbes (vrai coup de cœur pour ce dernier – arrêtez-vous chez La Cure pour un petit verre rafraîchissant à emporter).
L’abbaye de Sénanque avec le clocher en travaux (photo prise en juillet 2021).
  • Les champs de lavande ou de… lavandin. Eh oui, ce n’est pas de la lavande devant l’abbaye de Sénanque (ma photo précédente) mais bien du lavandin. Ce dernier est cultivé entre 200 et 800 mètres d’altitude. Il peut également se trouver en plaine. La plupart des champs de lavande que j’ai vu lors de mon séjour dans le Luberon était donc du lavandin. Honnêtement, aucune déception. C’est tout aussi joli ! Et visuellement, c’est la même chose ! Pour vous écarter de la foule et faire de belles photos, je vous conseille d’aller du côté d’Auribeau. Il n’y avait personne lorsque nous y sommes passés. Et puis, c’est là que se trouve le Mourre Nègre (le point culminant du massif du Luberon), ça devrait plaire aux amoureux de la montagne ! Nous avons profité d’être dans ce joli coin pour passer par plein de petits villages, comme Gignac, Caseneuve, Saint-Martin-de-Castillon ou encore Castelet. Nous avons ensuite rejoint Bonnieux. Et pour info, en plus des champs de lavande, nous avons aussi croisé la route de champs de blé et de tournesol.
  • Les ocres du Luberon. Impossible de venir ici sans découvrir les carrières d’ocre. Direction Rustrel à l’est de la région. C’est là-bas que se trouve le Colorado provençal. Un site digne d’un parc américain. Bon, ce n’est pas aussi grandiose que le Grand Canyon mais la couleur y ressemble ! Choisissez le 2ème circuit, celui des Belvédères. Il est plus long mais vraiment facile. Nous avons mis 1h15 pour faire ce parcours depuis le parking, sans courir. Comme pour l’abbaye de Sénanque, je vous conseille d’y aller tôt (moins de chaleur et moins de monde). Côté tenue, nous avions mis de vieux baskets. Verdict : nos chaussures n’ont pas du tout pris la couleur ocre de la terre ! Elles étaient super propres à la sortie. Au Sentier des Ocres de Roussillon, c’est un peu plus coloré mais pas de tâches non plus. En résumé, aucune crainte à avoir pour vos affaires mais ne portez quand même pas du neuf et du blanc (sauf si vous aimez vivre dangereusement ahah). Et concernant le Sentier des Ocres, allez-y même si vous avez fait le Colorado provençal à Rustrel. Commencez d’ailleurs par Rustrel puis Roussillon : le site est plus grand à Rustrel mais les couleurs sont plus vives à Roussillon. Une fois le Sentier des Ocres terminé, baladez-vous dans Roussillon. Un village où les façades des maisons sont dans les tons jaunes, oranges et rouges… Ça change car dans le Luberon, on retrouve plutôt de la pierre sèche.
Le Colorado provençal à Rustrel. C’est une vue depuis le 2ème circuit, celui des Belvédères.
Je fais minuscule, vous ne trouvez pas ? Photo prise sur le Sentier des Ocres à Roussillon.

Mes conseils pour découvrir le Luberon

Je ne suis pas devenue une spécialiste du Luberon (ça serait sacrément balaise en trois jours !) mais j’ai quand même quelques petits conseils à vous donner pour séjourner dans la région.

  • La voiture est indispensable. Si vous venez en train, louez une voiture. L’idée finalement dans le Luberon, c’est de prendre une route (plus ou moins par hasard), tomber sur un champ de lavande (ou de lavandin), découvrir un petit village perché… Pour info, de nombreux villages font payer un droit d’entrée, vous pouvez ensuite vous garer et vous balader dans le village : c’est le cas d’Oppède-le-Vieux ou encore Ménerbes.
  • Ne vous contentez pas des villages les plus touristiques, comme Gordes ou Roussillon. Ils sont beaux mais très touristiques. Trop peut-être… Pour plus d’authenticité et d’intimité, foncez dans les autres villages du Luberon. Et je ne sais pas si c’est un effet de la crise sanitaire, mais j’ai trouvé les prix des restos à Gordes très très chers… J’ai payé une salade-repas 22 € avec 90% de salade verte et 4 pauvres tartines de chèvre-miel. Grosse déception pour ce resto que je n’enregistrerai pas sur mon compte Mapstr ! Si vous le pouvez, regardez les avis des restaurants à Gordes et Roussillon avant de partir ou demandez conseil là où vous logez. Sinon, partez manger ailleurs. Pour le coup, nous y étions allés au feeling… Dans un resto un peu éloignée de l’agitation… Echec ahah !
  • Venez plutôt l’été dans le Luberon. Évidemment, c’est pour tomber en pleine saison de la lavande. Sinon, à partir d’avril avec les belles couleurs du printemps.

Pour plus d’infos sur la région, je vous recommande de faire un tour sur le site Internet Luberon Coeur de Provence. Vous avez plein d’infos sur des visites originales, des circuits thématiques ou encore toutes les activités possibles dans le Luberon.

Ma chambre d’hôtes : la Maison Magnarelles à Maubec

Pour ce séjour dans le Luberon, j’ai commencé à regarder les logements trois semaines avant. Je craignais d’être un peu juste niveau timing (c’était la semaine du 14 juillet donc ça part très vite à cette période). Mais non… Nous avons eu le choix entre deux maisons d’hôtes, une dans le village de Caseneuve et la seconde à Maubec. Elles avaient pas mal de critères en commun : petite maison d’hôtes intimiste, piscine… Finalement, nous avons préféré celle de Maubec car sa localisation était plus centrale dans le Luberon, alors que la maison d’hôtes de Caseneuve était proche du Colorado provençal mais plutôt éloignée des autres sites & villages. Et puis, la Maison Magnarelles à Maubec était également moins chère (115 € la nuit contre 160 € pour la Bastide de Caseneuve).

L’entrée de la Maison Magnarelles à Maubec. Notre chambre est au niveau du parasol.

Bilan : la Maison Magnarelles était un excellent choix. Une maison typique de la région (un ancien mas provençal), une propriétaire adorable (un grand merci Elisabeth pour l’accueil et tous les conseils restos + visites), le cadre propice à la détente et au dépaysement, la piscine jamais bondée, le petit-déjeûner excellent avec des pâtisseries sans gluten (c’est rare pour être souligné ! Avis à la communauté gluten free !!)… Bref, une superbe adresse si vous cherchez un point de chute dans le Luberon. La Maison Magnarelles propose deux chambres d’hôtes et deux gîtes. Nous étions dans la chambre Les Mûriers.

Mon expérience gastronomique : la Maison Prévôt à Cavaillon

Qui dit anniversaire de mariage dit forcément restaurant. Sur les conseils de l’une de mes meilleures amies (Agathe, je sais que tu passeras par là – encore merciiii pour cette belle adresse), nous avons réservé une table pour deux à la Maison Prévôt : une table gastronomique tenue par Jean-Jacques Prévôt. Et devinez son surnom… Le roi du melon !! Eh oui, sa spécialité, c’est le melon de Cavaillon. Il en est tout simplement gaga ! Dans son restaurant, il a même créé un menu 100 % melon. Je vous laisse écouter mon sonore pour le découvrir. Clairement, je ne pouvais pas passer à côté !! C’est donc celui-ci que nous avons choisi avec mon mari. Le menu est à 78 € avec le melon cocotte au homard ou 68 € avec le melon cocotte à l’agneau.

Si vous voulez vivre une vraie expérience « melonesque », je vous recommande vraiment la Maison Prévôt. Encore une fois, il s’agit de découvrir une spécialité & richesse de la région : le melon. Si le côté gastro vous fait peur, pas d’inquiétude, les quantités sont vraiment très généreuses : on était au max en sortant ahaha ! Le menu comprend une mise en bouche, une entrée, un plat, du fromage, un dessert et des mignardises. C’est copieux et délicieux, que demander de plus ?

Petit bonus, si ce passage vous a donné envie d’en savoir plus sur le chef ou de manger un melon (genre là, tout de suite), je vous invite à écouter le sonore de ce sujet. J’ai interviewé Jean-Jacques Prévôt. Il vous parle du Luberon, de melon évidemment… Et en cadeau, une recette à faire chez vous. Hâte de voir vos réalisations !


Et toi, es-tu déjà allé dans le Luberon ? Tu as envie de découvrir la région ?


N’hésite pas à partager ce sujet pour donner envie à tes proches de découvrir ce joli coin de France !

8 commentaires pour “Visiter le Luberon

  1. Un coin de France que je ne connais absolument pas mais qui donne bien envie. C’est loin de chez moi mais je finirais sûrement par le découvrir. La recette et le menu melon… j’en ai les papilles qui frétillent de curiosité !

    1. Oh, je te souhaite sincèrement de découvrir le Luberon un jour. En fait, je n’en doute pas ! Tu peux faire une virée dans le sud et y passer !! 😉 Oui pour la recette et le menu melon !! Super estival !

  2. Hello !
    Super ton article 🙂 on a aussi trouvé que Gordes était un peu surcotée sauf la fameuse photo à l’aube qui fait son effet il faut bien le dire ! Le resto que vous avez fait a l’air fabuleux 💛
    Hâte de lire les récaps de tes prochaines visites !

    1. Salut ! Et merci pour ton passage sur mon blog.
      Ouais, je suis d’accord avec toi pour Gordes. Le reste est bien plus préservée !!! 🙂
      Oui pour la Maison Prévôt, une pépite ce resto !
      Merciiii, je ne manquerai pas de faire de nouveaux sujets sur mes virées, en France ou à l’étranger.

  3. Wahou super ! Ton article est très complet et passionnant. On sent que le séjour t’a vraiment plu. Je n’ai jamais visité cette région et ça me donne carrément envie ! Surtout que maintenant j’ai tous les petits conseils et les bonnes adresses 🙂 Le colorado provençal a l’air génial, la chambre d’hôtes et le resto gastronomique aussi ! Et le nom Caseneuve c’est rigolo et carrément fait pour toi (à une lettre près) ! ^^
    Je vais essayer de rester la recette au melon avant la fin de l’été ! Je t’en donnerai des nouvelles si je la fais héhé !

    1. Merci pour ton retour ! Oui vraiment, j’ai adoré le Luberon. Et je recommande ! Tu peux foncer les yeux fermés ! Hâte d’avoir ton retour sur ta découverte de la région et je suis sûre, tu pourras me donner de nouvelles adresses hihi

  4. Superbe article, cela m’a rappelé des souvenirs bien que je sois partie début septembre dans le Luberon. J’ai adoré cette région! D’ailleurs je compte bien y retourner avant la récolte des lavandes/lavandins l’année prochaine 🙂

    1. Hello Mélanie. Super ta virée dans le Luberon en septembre, ça devait être chouette aussi. Sans la lavande mais il n’y a pas que ça !! Mais oui, franchement, si tu as l’occasion d’y retourner avant la récolte, c’est le top. Les champs sont si jolis !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut