Devenir mère

La naissance d’un enfant, c’est aussi celle d’une mère. Je m’apprête à faire le grand saut et découvrir cette aventure qu’est la maternité. L’occasion de vous parler ma grossesse et de vous donner mes conseils.

Le micro de CamilleDevenir mère

 

Un sujet qui n’a encore jamais été abordé sur mon blog : la maternité. Eh oui, je suis sur le point de devenir maman. Un petit être s’est niché au creux de mon ventre il y a plusieurs mois. Au moment où j’écris ces lignes, mon terme est prévu dans deux semaines. Je ne sais pas encore s’il me laissera le temps de finir ce sujet pour vous le publier avant sa naissance…

Mise à jour (05-05-2024) – Eh bien non ! Bébé est arrivé le 6 octobre. Une petite fille ! Je reprends donc aujourd’hui là où je m’étais arrêtée. Il restait le montage et l’écriture du sonore. Et puis finalement, la publication tardive de ce sujet tombe bien car j’ai pu tester un porte-bébé de la marque Ptitsy Moloko (une marque française dont l’atelier se trouve à une heure de chez moi !). Je vous fais un retour complet en fin d’article – produit offert par la créatrice Cécile. Un grand merci !

Avant de commencer, je pense évidemment à tous les couples qui souhaitent devenir parents mais dont le parcours est difficile. FIV, PMA, adoption… Et puis aussi à toutes les personnes qui ne veulent pas avoir d’enfant. Un choix de plus en plus assumé et c’est tant mieux ! Le désir de non-parentalité est tout aussi légitime que celui de fonder une famille. Pour info, le 28 septembre 2023, l’Insee a publié des chiffres sur le nombre de naissances en France et il est en baisse. Voici un article avec toutes les données.

Une grossesse idéale

J’ai appris la bonne nouvelle au début de l’année 2023, peu de temps après notre voyage en Martinique. Je ne vais pas entrer dans les détails de ma réaction, ni celle du papa ou de nos proches. Pas de vidéos filmées pendant les annonces – n’allez pas les chercher sur mon compte Instagram ahah. Une chose est sûre, nous étions si heureux !

Une grossesse idéale et épanouie ! Photo by Jessica de Marijeanne Photographie.

Mes 9 mois de grossesse sont passés très vite. J’ai adoré cohabiter avec mon petit bébé. Ce n’est pas le cas de toutes les femmes et j’en ai bien conscience. J’ai choisi le mot « idéale » pour décrire ma grossesse, j’aurais presque pu écrire « rêvée ». Zéro symptôme au cours du premier trimestre. Pas de nausées ni de fatigue. J’étais presque déçue car – aussi fou que cela puisse paraître – je n’avais pas la sensation d’être enceinte. Avec le recul, je me rends compte que c’était une réelle chance ! Et je compatis complètement avec les #mumtobe qui subissent leur début de grossesse. C’est clairement le hasard… La loterie !

Mon corps a un peu changé mais sans trop. Surtout, j’ai été en forme jusqu’au bout ! Un indispensable qui a sauvé mes nuits dès le deuxième trimestre : le coussin de grossesse. Sans lui, je n’arrivais pas à trouver de bonne position pour dormir, même si mon ventre n’était pas si volumineux que ça. Et puis, lors du 3ème trimestre, forcément, la fatigue s’est un peu plus accumulée. Des remontées acides également. Les pipis nocturnes sont devenus quotidiens – comme un entraînement aux courtes nuits qui m’attendaient à l’arrivée du bébé. Mais clairement, c’est au cours de ces dernières semaines que j’ai pris conscience que j’étais en train de créer la vie. Je le sentais beaucoup plus bouger dans mon ventre et c’était assez magique !

(Pour info, j’emploie le masculin pour parler de mon bébé même s’il s’agit bien d’une fille – je vous le disais au début de l’article. Avec mon mari, nous avions décidé de garder la surprise du sexe jusqu’à la naissance. Résultat, pendant toute ma grossesse, nous disions « il » pour parler du bébé.)

Mes conseils de femme enceinte

Le mot « conseils » n’est certainement pas le plus approprié… D’ailleurs, lorsque je vous ai dévoilé ma grossesse sur mon compte Instagram – j’étais déjà dans la dernière ligne droite – vous avez été très nombreux (et surtout nombreuses) à m’écrire dans les commentaires de me faire confiance, suivre mon instinct et de ne pas… demander de conseils. J’avais tout de même envie de vous dresser une liste de tout ce qui m’a marqué pendant ces 9 mois et cela pourra peut-être donner des idées aux futures mamans & femmes enceintes.

  • Etre suivie par une sage-femme

Vous l’avez compris en me lisant : je n’ai pas eu de complications au cours de ma grossesse. Résultat, pas de raison de consulter un gynéco. Cela m’arrangeait car je n’en avais pas à Montpellier. J’ai donc réalisé tout mon suivi grossesse chez une sage-femme – que je voyais déjà avant de tomber enceinte. Un rendez-vous une fois par mois puis les séances de préparation à l’accouchement. Selon moi, nous nous confions plus facilement à une sage-femme et nous osons leur poser toutes les questions – même les plus bêtes ! Avec un gynéco, c’est plus difficile. Les consultations durent aussi plus longtemps chez une sage-femme : il y a un vrai moment d’échange. Mais finalement, que vous soyez suivie par l’un ou par l’autre au cours de votre grossesse, le plus important est de vous sentir en totale confiance avec votre professionnel de santé. Si ce n’est pas le cas, changez !

J’en profite pour vous parler d’une gynéco-obstétricienne, le Dr Laure Einaudi, plus connue sous le nom de la.gyneco sur Instagram. Elle tient un compte public et partage tout un tas d’informations que ce soit sur la grossesse, le post-partum (la période après la naissance), son métier ou même la maternité en général. C’est hyper intéressant.

  • Mettre en place une routine beauté

C’est une amie qui m’a donné ce conseil très rapidement au début de ma grossesse. « Crème-toi au maximum avec la peau de ton ventre qui va s’étirer et limiter les vergetures ». Message reçu 5/5. Et pourtant, je ne suis pas des plus régulières pour appliquer une crème visage. Mais visiblement, j’y ai pris goût. Crème le matin (un lait fondant) et huile le soir. J’ai trouvé mon bonheur avec la marque Daylily, spécialisée dans les soins naturels pour la grossesse et le post-partum. J’ai tout de suite adoré l’odeur et la texture. Et puis finalement, appliquer ces produits au quotidien me permettait de créer un lien avec mon bébé et de suivre l’évolution de mon ventre. Hasard ou non, zéro vergeture à la fin de la grossesse ! Vous pouvez aussi appliquer une crème ou une huile régulièrement sur la poitrine, les cuisses, les hanches. Différentes marques sont spécialisées. N’hésitez pas à les tester pour trouver celle qui vous correspond le mieux.

  • Tenir un cahier de grossesse

Je suis très albums photos, très carnets… J’aime écrire, conserver les souvenirs. Quand j’ai appris ma grossesse, c’était l’un de mes premiers achats : un cahier de grossesse. Je l’ai trouvé sur Etsy. Une créatrice basée au Canada. Son eshop : Cachette Secrète. Un cahier parfait ! Simple à compléter, une double page par mois de grossesse avec la possibilité de mettre des photos. Mon cahier est aujourd’hui terminé. Et bien, c’est un vrai résumé de mon année 2023 et je l’adore. Un très beau souvenir pour moi mais aussi pour le bébé. Une manière aussi de raconter cette période particulière dans la vie d’une femme.

  • Faire un shooting photos

C’est un peu la suite logique du précédent point. Faire une séance photos pour immortaliser sa grossesse. Un moment à privilégier à partir du 7ème mois de grossesse. Après bien sûr, il faut aimer sa nouvelle image, son corps qui change, son ventre qui s’arrondit… C’est ma maman qui nous a offert ce shooting photos. Je lui avais fait une sélection de plusieurs photographes basés à Montpellier et elle a choisi Jessica de Marijeanne Photographie. Nous avons fait cette séance fin août, j’étais dans mon 8ème mois. Un lever de soleil sur la plage de Villeneuve-les-Maguelone, à côté de Montpellier. Moment suspendu avec le futur papa, évidemment ! Et le résultat est plus qu’à la hauteur !! Vous retrouvez des photos un peu partout dans cet article. Ma mère nous a également pris une séance photos à la naissance du bébé.

  • Participer à un atelier de portage

Je recommande vivement ! Nous avions mis cet atelier sur notre liste de naissance et ce sont des amies qui nous l’ont offert. Nous avons participé à un cours individuel donné par Laetitia, infirmière de formation. Elle donne des cours de portage ou encore des consultations en allaitement au nord de Montpellier et à domicile. Lors de notre atelier, Laetitia nous a présenté plusieurs moyens de portage – l’écharpe ou encore le porte-bébé – avec différentes marques. L’occasion de tester et de découvrir ce qui nous convient le mieux. Cela évite d’acheter quelque chose que nous n’utiliserons pas. Elle nous a également donné plein de conseils pour les premiers jours avec Bébé. La manière de le porter, de le positionner pour changer ses couches ou encore de le mettre dans son lit avec la gigoteuse retroussée en bas pour une position plus physiologique. Un atelier de presque 3h très enrichissant. Je suis sûre, vous pouvez trouver un cours près de chez vous. Il suffit juste de faire une petite recherche avec les mots-clés « atelier portage ».

  • Se laisser porter

Sans transition aucune. Après le portage, je vous propose de vous laisser… porter ! 😉 Si vous attendez un bébé, vous vous en rendrez compte très rapidement. Rien ne sert de vouloir tout prévoir ou tout anticiper. C’est peut-être dans mon caractère mais dès le départ, je n’ai pas eu d’attente particulière concernant ma grossesse. Je me suis tout simplement laissée porter. J’ai pris comme cela venait. Pour moi, c’est clairement une période où il faut prendre soin de soi et lâcher prise. Alors si ce n’est pas votre cas au quotidien, je vous conseille vivement de profiter de ces 9 mois pour le faire. Ne vous prenez pas la tête pour des choses futiles. Le plus important : écoutez-vous ! Si vous avez envie d’un massage prénatal, prenez rendez-vous. Si vous voulez tester le yoga, réservez un cours. Si vous souhaitez ne rien faire, c’est possible aussi ! Tout pour la détente et le lâcher-prise. Si vous voulez vous informer un maximum sur la grossesse en lisant des bouquins ou en écoutant des podcasts, faites-le. J’ai entendu beaucoup de bien des podcasts Bliss Stories mais j’avoue n’en avoir jamais écouté un seul (oupsiiii). Si au contraire, cela vous stresse, ne vous forcez pas. En résumé : faites selon vos envies et n’écoutez que vous.

  • Sortir / profiter / partir en week-end ou en « babymoon »

Sauf contre-indication, fatigue ou flemme extrême, je vous conseille de ne pas spécialement modifier votre routine. Etre enceinte, ce n’est pas rester enfermer chez soi et ne plus bouger. Non non. Si vous aviez l’habitude de sortir avec vos amis, partir en week-end, faire des concerts et que vous en avez envie… Ne changez rien ! Il faut encore une fois s’écouter. Si vous vous en sentez capable, maintenez votre programme. Personnellement, j’ai assisté au concert de Pink en fosse, c’était fin juin à Paris (j’étais à quasi 6 mois de grossesse). Evidemment, j’avais demandé l’avis de ma sage-femme et puis surtout, je m’en sentais capable ! Ne soyez pas frustrée si vous devez annuler un événement à la dernière minute. Surtout, il ne faut pas se forcer et aller au-delà de ses limites. Ce serait contre- productif et vous n’en profiterez même pas ! Il y a également le concept de « babymoon » : une escapade que font les futurs parents avant l’arrivée du bébé, en général au cours du second trimestre de grossesse. Nous ne l’avons pas vraiment fait mais nous sommes tout de même partis tous les deux pour notre anniversaire de mariage, le week-end du 13 juillet. C’était top !

  • Parler / échanger avec des mamans ou futures mamans

Vous avez forcément dans votre entourage des mamans ou futures mamans comme vous. Profitez-en pour échanger avec elles sur ce que vous vivez. L’une de mes meilleures amies a eu un bébé l’an dernier. Elle m’a donné tout un tas d’infos pendant ma grossesse et toujours dans la bienveillance. C’est très important justement la bienveillance. Ne pas se sentir sous pression ou jugée. Pour la liste de naissance, j’ai demandé à une autre copine ses recommandations (elle a géré pendant plusieurs années une mam, maison d’assistants maternels). Tout au long de ces 9 mois, j’ai aussi pas mal échangé avec deux amies qui avaient quasiment le même terme que moi : une manière de vivre nos grossesses ensemble (et on continue d’échanger au quotidien depuis l’arrivée de nos bébés !). Et puis, si vous avez plus de facilité à vous confier à des personnes extérieures, c’est possible aussi, via les réseaux sociaux par exemple. Hasard (ou pas), je suivais pas mal de futures mamans pendant ma grossesse.

Et pour l’après grossesse ? Vous pouvez continuer à échanger, évidemment ! Ne manquez pas le second sonore de ce sujet avec Juliette (@ohsojr sur Instagram). Cette maman de 33 ans créée des groupes de mamans, en fonction du mois de naissance de leur enfant. L’idée : libérer la parole, échanger au quotidien, se soutenir, s’entraider… N’hésitez pas à lancer le sonore de ce sujet pour en savoir plus. Je fais moi-même partie du groupe de mamans du mois d’octobre 2023, pour le sud de la France. Nous sommes 13 au total et c’est un vrai bonheur d’échanger autour de notre nouveau rôle de mère.

Si vous êtes plutôt adepte de « la vraie vie », vous pouvez aussi faire des rencontres dans des cafés-poussettes. Cela fait quelques années que ces lieux spécialisés pour les parents-enfants se développent. Vous pouvez rencontrer d’autres mamans, échanger sur la parentalité, vous poser et votre enfant sera le bienvenue. Eh oui, pas de regard noir si votre bébé se met à chouiner ou si votre poussette prend beaucoup de place. Tout y est adapté ! N’hésitez pas à regarder près de chez vous si un lieu existe. Perso, j’ai déjà repéré deux adresses ici à Montpellier et je compte bien les tester prochainement. Ce sera l’occasion de passer un bon moment avec Bébé. Souvent les lieux proposent même des ateliers. Pour les mamans montpelliéraines, voici mes deux adresses : La Chouette Parenthèse, 15 boulevard Louis Blanc à Montpellier (tram : Louis Blanc) et Le Baby Café 34, 325 route de Nîmes à Castelnau-le-Lez (tram : Notre-Dame de Sablassou).

Focus sur mon porte-bébé Ptitsy Moloko

Quand on tombe dans le tourbillon de la maternité, on découvre tout un univers. Que ce soit sur le plan médical (les semaines d’aménorrhée, toi-même tu connais si tu es enceinte, ou encore le diabète gestationnel) ou même que ce soit en terme d’équipements (oui, une gigoteuse et une turbulette, c’est grossièrement la même chose). L’arrivée d’un bébé, ça se prépare et j’ai découvert pendant ma grossesse pas mal de marques. Beaucoup de made in France et de véritables coups de cœur. La marque Ptitsy Moloko en fait partie.

Photo prise sur la page Facebook de Ptitsy Moloko.

C’est lors de l’atelier sur les différentes méthodes de portage (je vous en parle un peu plus haut dans cet article) que j’ai découvert Ptitsy Moloko. La marque est spécialisée dans les porte-bébés physiologiques. Un coup de cœur immédiat pour le modèle Pticlip. Très simple d’utilisation, ajustable et évolutif. Il peut être utilisé dès la naissance et clairement, c’est ce qui a fait la différence avec les autres porte-bébés proposés lors de l’atelier. Pour info, ce modèle est à mi-chemin entre l’écharpe et le porte-bébé. Je m’explique : de longues bretelles se nouent pour ajuster le porte-bébé, comme pour une écharpe de portage. Cela créé un véritable cocon pour l’enfant. Et puis, ce qui a fini de me convaincre (même si je l’étais déjà à ce stade), c’est que la marque est locale. L’atelier de Ptitsy Moloko est basé dans l’Hérault, à Nézignan L’Evêque, à seulement une heure de route de Montpellier. Trop dingue !! L’occasion était trop belle. J’ai contacté Cécile, la créatrice de la marque. Nous avons échangé ensemble et c’est tout naturellement qu’elle m’a proposé de tester son porte-bébé pour vous proposer un retour.

Alors, je ne vais pas vous le cacher, les débuts ont été un peu délicats. Je n’étais pas forcément très à l’aise pour installer le porte-bébé toute seule. Est-ce que j’allais bien serrer ? Bien positionner ma fille dedans ? La première des choses à savoir c’est que la mise en place d’un porte-bébé doit se faire dans un moment calme et zen – surtout lors des premières utilisations. C’est primordial pour bien appréhender le produit, que ce soit pour le bébé ou même pour soi. Cela contribue aussi à gagner en confiance en soi pour les prochaines fois. Cécile, la créatrice de la marque Ptitsy Moloko, m’a même proposé une démonstration en visio pour me donner le max de conseils. Elle propose d’ailleurs ces ateliers individuels gratuitement à toute personne ayant des questions sur le choix du modèle ou l’installation du bébé. C’est un gros point positif de Ptitsy Moloko : le suivi et la proximité avec ses clients. Les autres marques de porte-bébés ne sont pas aussi proches et disponibles.

Ensuite, et bien je dirai qu’il faut se lancer, tout simplement. J’attache la ceinture autour de moi. J’installe ma fille dans la poche créée par le tablier. Je pose les bretelles sur mes épaules et je les croise dans mon dos en les tenant fermement. Je passe les bretelles sous ma fille en effectuant deux vrilles puis je les remets à l’arrière et fais un nœud. Mon explication écrite vous paraît abstraite ? Je vous propose d’aller voir le tuto vidéo réalisé par Cécile. Hyper simple et efficace !

Pour conclure sur le sujet porte-bébé, je ne suis pas devenue une pro mais je me débrouille. Et ça fonctionne bien ! C’est hyper agréable de se balader avec son petit bébé tout contre soi. Je trouve que c’est super adapté aux petits bébés et ça doit certainement leur rappeler leur vie in utéro, d’être si près du corps (sentir notre chaleur, les battements de notre coeur…). Après tout, les nourrissons ont énormément besoin d’être portés, pris dans les bras. Ce n’est pas pour rien. Autres points positifs du porte-bébé : c’est moins encombrant qu’une poussette avec nacelle ou cosy. Nous sommes beaucoup plus mobile et c’est très pratique pour une balade. Et puis, avoir les mains libres, ça, c’est un vrai luxe quand on vient d’avoir un nouveau-né !

Un bébé endormi et les mains libres !

Autres marques kids coups de cœur

Photo prise sur le site Internet Les Petits Culottés.

Vous étiez peut-être là au début du blog lorsque j’avais parlé des protections périodiques saines Les Petites Choses. Ce sont des serviettes et tampons sans perturbateurs endocriniens. Eh bien, Les Petites Choses et Les Petits Culottés sont liés puisque les deux marques ont été créées par Matthieu et Johan. Matthieu est déjà passé devant mon micro pour présenter les protections Les Petites Choses. Un sujet à (re)découvrir ici. Quand j’ai appris que j’étais enceinte, je savais déjà vers quelles couches me diriger. Et pas besoin de faire un comparatif du marché actuel. Pour moi, c’était vite vu : Les Petits Culottés direct ! Etant déjà partisane des Petites Choses, je ne pouvais que prendre l’équivalent pour mon enfant : des couches écologiques, françaises et en circuit court. Vous les trouvez dans les pharmacies partenaires ou alors – et c’est une solution pratique pour les parents – vous pouvez souscrire à un abonnement et recevoir directement vos couches chez vous. C’est l’option que j’ai choisie.

Petite anecdote, lors de mon séjour à la maternité, j’ai eu l’agréable surprise de découvrir qu’ils avaient choisi la marque Les Petits Culottés pour accompagner les nouveau-nés et leurs parents. J’étais ravie !

Photo prise sur les réseaux sociaux des Petites Menottes.

Bon à ce stade, on ne peut plus parler de dinguerie… Je connaissais déjà la marque avant de tomber enceinte pour l’avoir repéré pour les bébés de mes amies. Mais c’est seulement à la fin de ma grossesse que j’ai appris que l’atelier des Petites Menottes était localisé à Castelnau-le-Lez, juste à côté de Montpellier. Il s’agit d’une marque de vêtements évolutifs. Un même pantalon pourra aller de la naissance de l’enfant jusqu’à ses 1 an. Tout cela grâce à la largeur de l’élastique à la taille et à la largeur en bas du pantalon (il suffira juste de le retrousser pour l’adapter). Je trouve ça tellement astucieux surtout quand on sait à quel point un bébé change si vite de taille ! La marque avait déjà tous les atouts pour me plaire, mais en plus d’être éthique et futée, elle est aussi très colorée : tout ce que j’aime. Et puis, c’est complètement mixte. Pas de collection rose pour les filles et bleu pour les garçons… Je vous jure, ça m’énerve les marques et magasins qui le font !!


Et toi, es-tu maman ou enceinte ? Te sens-tu concerner par la maternité ?


Si ce sujet « Devenir mère » t’a plu, n’hésite pas à le partager autour de toi. Pour de futures mamans évidemment mais aussi pour toutes celles qui s’intéressent à la maternité.

4 commentaires pour “Devenir mère

  1. Tellement heureuse pour toi, pour vous 🥰 Que le chemin de la vie vous amene que des bonnes choses ma belle 😘

  2. Haha je pense pareil que toi sur les couleurs, bleu pour les garçons et rose pour les filles ! Nawak !
    Trop chouette en tous cas tout ça ! Bravo pour le porte-bébé ! Tu peux être fière de toi Camillounette, une super maman !
    Et l’article très complet, avec le petit podcast intéressant. Nickel !

    1. Mais oui pour les couleurs, on devrait être bien au-dessus de tout ça. Après, ça va pas m’empêcher de l’habiller en rose ou même en bleu !
      Merciiii, j’apprends le rôle de maman tous les jours !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut